Les Carnets de Julien Maudoux

Tag :

université

Fil des billets

L’ennui, le poète et la poésie dans l’œuvre de Philippe Jaccottet

Je publie ici un article rédigé en 2012 dans le cadre d'un séminaire de M2 sur l'ennui dans la littérature. L’ennui, le poète et la poésie dans l’œuvre de Philippe Jaccottet.

Lire la suite...


Raretés et curiosités littéraires

Raretés et curiosités littérairesPrésentation des publications électroniques du Grimoire d'Ulfer.

Lire sur Le Grimoire d'Ulfer

La collection Raretés et curiosités littéraires vous propose des textes moyennement, peu ou pas connus (voire totalement obscurs!) des siècles passés, présentant toutefois un certain intérêt (même si c'est parfois juste pour rire). Certains textes sont introuvables ailleurs en version dactylographiée et/ou orthographe modernisée. La collection en est à ses débuts et ne présente pour l'instant que quelques petits ouvrages. Vous pouvez y accéder par les articles créés à l'occasion de chaque parution (rubrique Publications) ou par cette page, qui a pour vocation d'en faire la liste.

Lire la suite...


Jean de Marconville et la "Querelle des femmes"

Ce texte fut originellement écrit dans le cadre d’un séminaire sur les femmes et la littérature à la Renaissance, dirigé par Catherine Magnien (équipe de recherche CLARE), à l'Université Michel de Montaigne (Bordeaux 3).Au XVIe siècle, la « Querelle des femmes » constitue l’un des terrains d’affrontement rhétorique les plus appréciés par les écrivains : le sujet détermine la publication d’une importante littérature qui, liée à des considérations sociales importantes, peut aussi rentrer dans la catégorie du jeu et de la posture, l’habileté du discours se substituant alors à l’intérêt véritablement porté à la thématique abordée.

Lire la suite...


Descendre aux « demeures profondes » : la poésie d’Edmond Henri-Crisinel

Petit essai écrit dans le cadre d'un séminaire sur "l'expérience poétique".

Lire la suite...


La marginalité dans le Légendaire de Tolkien

Une première approche ; j'ai fait ce petit essai dans le cadre d'un séminaire. Il faut une connaissance large de Tolkien pour le lire...

Lire la suite...


Dumas-Maquet : Une collaboration féconde et houleuse (par Alicia Ferjoux)

Alicia Ferjoux

Dumas-Maquet - Une collaboration féconde et houleuse

« Pour moi, toute collaboration avec un autre que vous est de l’adultère. »

Lettre de Dumas à Maquet, décembre 1850.

Lire la suite...


Quelques notes sur l'Ensorcelée de Barbey d'Aurevilly

Voici quelques notes sur l'Ensorcelée de Barbey d'Aurevilly, autour de la question du fantastique dans l'oeuvre.

Lire la suite...


La Chastelaine de Vergi

302698.jpgVoici un mini-mémoire fait en L3 lettres classiques, sur un tout petit roman très célèbre du Moyen âge, La Chastelaine de Vergi.

Lire la suite...


Pour atteindre l’étrange : la poésie de Lise Mathieu

Télécharger l'article en .pdfLe bonheur ne dort que d'un oeil... Je vous propose de découvrir le domaine poétique contemporain en effectuant une étude du premier recueil de Lise Mathieu, Le bonheur ne dort que d’un œil. Si j’ai choisi ce poète en particulier, au-delà de l’affinité qui me lie à son œuvre, et du bon souvenir que j’ai gardé de son auteur, c’est parce que la poésie de Lise Mathieu me paraît être intéressante en elle-même, exemplaire en ce qui concerne la conception du travail du poète qui y transparait, et aussi parce qu’elle représente et synthétise l’une des tendances poétiques majeures de notre époque tout en y apportant sa propre contribution.

Lire la suite...


Quand le poète se fait critique...

Charles Baudelaire

Il a été souvent remarqué tout à fait justement que, depuis Baudelaire, nombre de poètes ont également été critiques, et se sont penchés, en tant que créateurs et que lecteurs à la fois, sur les écrits de leurs « compagnons de chant ». Yves Bonnefoy, à l'instar de Philippe Jaccottet et de Claude Esteban (mais les exemples abondent), a suivi ce qui semble aujourd'hui s'être ancré comme une forme de « tradition ». On parle finalement assez peu de cette critique « humble », dirais-je, qu'ont alimentés, chacun à leur manière, les apports divers des auteurs précités, et de tant d'autres.

On parle peu de la critique contemporaine : comme si après la foison du structuralisme, s'était éteinte une flamme, alors que de moins de nouveauté peut-être dans son rapport à l'écrit (et encore!), mais d'autant de vérité, a continué sur un chemin moins éclairé par l'attention (mais qui la mériterait), une production tout à fait importante. On parle encore moins d'un pan pourtant essentiel de la critique, à savoir celui qu'alimentent les textes des écrivains eux-mêmes lorsqu'ils rédigent sur les oeuvres de leurs pairs ; peut-être parce qu'il s'agit d'une critique plus humble, dans la mesure où elle s'en retourne, dénoncant implicitement certains excès possibles, à l'origine de la position critique : un Homme lisant ce qu'a écrit un autre Homme et décidant d'aller au-delà de la simple lecture, de communiquer ce qui l'a marqué dans une oeuvre, ce qui fait d'elle une oeuvre à lire ou, au moins, à connaître (et il faut saluer chez le critique celui qui par son travail nous permet de moins nous lamenter de ne pouvoir tout lire).

Lire la suite...