Les Carnets de Julien Maudoux

Tag :

poésie

Fil des billets

L’ennui, le poète et la poésie dans l’œuvre de Philippe Jaccottet

Je publie ici un article rédigé en 2012 dans le cadre d'un séminaire de M2 sur l'ennui dans la littérature. L’ennui, le poète et la poésie dans l’œuvre de Philippe Jaccottet.

Lire la suite...


Raretés et curiosités littéraires

Raretés et curiosités littérairesPrésentation des publications électroniques du Grimoire d'Ulfer.

Lire sur Le Grimoire d'Ulfer

La collection Raretés et curiosités littéraires vous propose des textes moyennement, peu ou pas connus (voire totalement obscurs!) des siècles passés, présentant toutefois un certain intérêt (même si c'est parfois juste pour rire). Certains textes sont introuvables ailleurs en version dactylographiée et/ou orthographe modernisée. La collection en est à ses débuts et ne présente pour l'instant que quelques petits ouvrages. Vous pouvez y accéder par les articles créés à l'occasion de chaque parution (rubrique Publications) ou par cette page, qui a pour vocation d'en faire la liste.

Lire la suite...


Descendre aux « demeures profondes » : la poésie d’Edmond Henri-Crisinel

Petit essai écrit dans le cadre d'un séminaire sur "l'expérience poétique".

Lire la suite...


Extrait de mes Carnets : Poèmes généthliaques

Oh ! les mauvais vers que tu fis,

Grand pontife universitaire !

Le plus certain de tes profits

Etait, critique, de les taire.

 

Albert Mérat, « A un critique », Quelques pages avant le livre (1904)

Voici juste deux petites pièces improvisées de rien du tout, écrites il y a plusieurs mois, qui sont l'une des (nombreuses) dédicaces de mes Carnets. Quel intérêt me direz-vous ? Je cherche toujours. Précision : les vers d'A. Mérat ne me désignent pas moi, mais ils n'avaient pas d'équivalent pour ma situation d'étudiant moyen incapable même de bien écrire au sujet de ceux qui écrivent bien, donc...

Lire la suite...


Hommage à Claude Esteban

J'ai à vous parler d'une voix qui m'a profondément touchée, parce que chantant, sur un ton auquel ne peut résister aucune fausseté, la douleur, la vraie douleur : celle qui fait paraître, plus qu'insignifiantes, honteuses, nos petites peines de rien que nous nommons avec aplomb « souffrances ».

Lire la suite...


Max-Pol Fouchet

« De quoi saignes-tu, dis-le, ma nuit profonde ? »1

Max-Pol Fouchet. A l'origine, une tragédie. Jeanne, sa femme, décède lors du naufrage du Lamoricière, en 1942. Max-Pol Fouchet l'avait pressenti, au moment du départ : ce funeste signal, le nom du navire qui soudain s'entènèbre, les lettres qui se reforment, et le poète qui lit : « La mort ici erre »... 

Puis, un courage, une force, de ce « marié à la poésie », qui n'a eu de cesse de donner...

Lire la suite...


Lise Mathieu

 Lise Mathieu est née le 10 mars 1943. Elle a été enseignante, principale de collège dans des quartiers difficiles, proviseur de lycée à Madagascar. Ses deux grandes passions sont l'enseignement et la poésie. Elle est aujourd’hui installée dans le Perche, campagne qu'elle affectionne et dont la beauté et le mystère sont à la source de son inspiration. Lise Mathieu s'emploie dans son « île déserte » à célébrer à travers ses poèmes ces « compagnons » indispensables que sont pour elle les arbres, les fleurs, les bouleaux, les blés, la lune et le soleil... autant d'aides et de soutiens qu'elle souhaite « donner à lire », parce qu'ils permettent de dépasser les épreuves qui marquent nos vies, et, peut-être, d'« atteindre l'étrange »...

Lire la suite...


Yves Bonnefoy

(Il s'agit d'un ancien mini-article de présentation d'Yves Bonnefoy. Il faudra bien que j'écrive quelque chose de plus consistant sur ce grand poète (un de mes préférés) un jour ou l'autre.)

Doit-on encore présenter Yves Bonnefoy? Eh bien oui ; car malheureusement, comme beaucoup de nos grands poètes contemporains, il est peu connu, et, parfois, mal connu. Les planches courbes, recueil paru en 2001, a été pendant deux ans inscrit au programme des élèves de Terminale littéraire.

Lire la suite...