J

e suis dans une grande librairie, de livres d’occasion, il me semble tout d’abord ; un « examen » plus minutieux malgré le flou du rêve me montre qu’en fait sur les rayonnages se succèdent, selon un classement qui m’échappe, des livres de toute sorte : il y a les beaux ouvrages, parfois des très rares, mais je me dis que c’est bien trop onéreux pour moi, malgré la profonde affection que je porte à ces volumes où les arts s’allient, où la poésie et le dessin se touchent et se répondent. Je les dépasse donc avec regret. J’arrive ensuite dans un coin où est entassée, comme dans un chaotique empilement de caisses et d’étagères, une quantité impressionnante d’œuvres disparates.

Lire la suite...