Les Carnets de Julien Maudoux

Archives :

août 2008

Hommage à Claude Esteban

J'ai à vous parler d'une voix qui m'a profondément touchée, parce que chantant, sur un ton auquel ne peut résister aucune fausseté, la douleur, la vraie douleur : celle qui fait paraître, plus qu'insignifiantes, honteuses, nos petites peines de rien que nous nommons avec aplomb « souffrances ».

Lire la suite...


Max-Pol Fouchet

« De quoi saignes-tu, dis-le, ma nuit profonde ? »1

Max-Pol Fouchet. A l'origine, une tragédie. Jeanne, sa femme, décède lors du naufrage du Lamoricière, en 1942. Max-Pol Fouchet l'avait pressenti, au moment du départ : ce funeste signal, le nom du navire qui soudain s'entènèbre, les lettres qui se reforment, et le poète qui lit : « La mort ici erre »... 

Puis, un courage, une force, de ce « marié à la poésie », qui n'a eu de cesse de donner...

Lire la suite...


Pour atteindre l’étrange : la poésie de Lise Mathieu

Télécharger l'article en .pdfLe bonheur ne dort que d'un oeil... Je vous propose de découvrir le domaine poétique contemporain en effectuant une étude du premier recueil de Lise Mathieu, Le bonheur ne dort que d’un œil. Si j’ai choisi ce poète en particulier, au-delà de l’affinité qui me lie à son œuvre, et du bon souvenir que j’ai gardé de son auteur, c’est parce que la poésie de Lise Mathieu me paraît être intéressante en elle-même, exemplaire en ce qui concerne la conception du travail du poète qui y transparait, et aussi parce qu’elle représente et synthétise l’une des tendances poétiques majeures de notre époque tout en y apportant sa propre contribution.

Lire la suite...


Lise Mathieu

 Lise Mathieu est née le 10 mars 1943. Elle a été enseignante, principale de collège dans des quartiers difficiles, proviseur de lycée à Madagascar. Ses deux grandes passions sont l'enseignement et la poésie. Elle est aujourd’hui installée dans le Perche, campagne qu'elle affectionne et dont la beauté et le mystère sont à la source de son inspiration. Lise Mathieu s'emploie dans son « île déserte » à célébrer à travers ses poèmes ces « compagnons » indispensables que sont pour elle les arbres, les fleurs, les bouleaux, les blés, la lune et le soleil... autant d'aides et de soutiens qu'elle souhaite « donner à lire », parce qu'ils permettent de dépasser les épreuves qui marquent nos vies, et, peut-être, d'« atteindre l'étrange »...

Lire la suite...