Les Carnets de Julien Maudoux

L’ennui, le poète et la poésie dans l’œuvre de Philippe Jaccottet

Je publie ici un article rédigé en 2012 dans le cadre d'un séminaire de M2 sur l'ennui dans la littérature. L’ennui, le poète et la poésie dans l’œuvre de Philippe Jaccottet.

Lire la suite...


L'hypokhâgneux (extraits ; version revue)

Version .pdf  J'ai écrit un nombre ahurissant de pages inutiles, pour mon délassement (au sens fort), qui ont rempli des carnets, ensuite recopiés au propre pour donner un ouvrage étrange intitulé Mes carnets lémoniens - miscellanées larmoyantes, pot-pourri pourri, 2008-2010 (lémonien fait référence à Poitiers - au départ j'avais pensé à mettre Les Pictaviennes pour faire écho aux Pontiques, mais c'était un peu prétentieux, non?).

Lire la suite...


Petit test

D'après vous, de quand date ce petit extrait ?

Lire la suite...


Raretés et curiosités littéraires

Raretés et curiosités littérairesPrésentation des publications électroniques du Grimoire d'Ulfer.

Lire sur Le Grimoire d'Ulfer

La collection Raretés et curiosités littéraires vous propose des textes moyennement, peu ou pas connus (voire totalement obscurs!) des siècles passés, présentant toutefois un certain intérêt (même si c'est parfois juste pour rire). Certains textes sont introuvables ailleurs en version dactylographiée et/ou orthographe modernisée. La collection en est à ses débuts et ne présente pour l'instant que quelques petits ouvrages. Vous pouvez y accéder par les articles créés à l'occasion de chaque parution (rubrique Publications) ou par cette page, qui a pour vocation d'en faire la liste.

Lire la suite...


Jean de Marconville et la "Querelle des femmes"

Ce texte fut originellement écrit dans le cadre d’un séminaire sur les femmes et la littérature à la Renaissance, dirigé par Catherine Magnien (équipe de recherche CLARE), à l'Université Michel de Montaigne (Bordeaux 3).Au XVIe siècle, la « Querelle des femmes » constitue l’un des terrains d’affrontement rhétorique les plus appréciés par les écrivains : le sujet détermine la publication d’une importante littérature qui, liée à des considérations sociales importantes, peut aussi rentrer dans la catégorie du jeu et de la posture, l’habileté du discours se substituant alors à l’intérêt véritablement porté à la thématique abordée.

Lire la suite...


Descendre aux « demeures profondes » : la poésie d’Edmond Henri-Crisinel

Petit essai écrit dans le cadre d'un séminaire sur "l'expérience poétique".

Lire la suite...


La marginalité dans le Légendaire de Tolkien

Une première approche ; j'ai fait ce petit essai dans le cadre d'un séminaire. Il faut une connaissance large de Tolkien pour le lire...

Lire la suite...


Extrait de mes Carnets : Poèmes généthliaques

Oh ! les mauvais vers que tu fis,

Grand pontife universitaire !

Le plus certain de tes profits

Etait, critique, de les taire.

 

Albert Mérat, « A un critique », Quelques pages avant le livre (1904)

Voici juste deux petites pièces improvisées de rien du tout, écrites il y a plusieurs mois, qui sont l'une des (nombreuses) dédicaces de mes Carnets. Quel intérêt me direz-vous ? Je cherche toujours. Précision : les vers d'A. Mérat ne me désignent pas moi, mais ils n'avaient pas d'équivalent pour ma situation d'étudiant moyen incapable même de bien écrire au sujet de ceux qui écrivent bien, donc...

Lire la suite...


Wikipédia

La Wikipédia francophone a récemment dépassé le cap du million d'article. Le projet lui-même vient de fêter ses dix premières années d'existence. Quand je me suis inscrit à ce projet d'encyclopédie, en 2005, Wikipédia venait à peine d'atteindre le nombre, déjà impressionnant, de 100 000 articles, et commençait à gagner en notoriété. Six ans plus tard, le projet n'est plus considéré comme "fou" ou "utopique", et l'on commence à mesurer pleinement la révolution causée par l'apparition de l'"encyclopédie libre que vous pouvez améliorer". Voici quelques petites réflexions personnelles d'un contributeur (autrefois régulier, aujourd'hui occasionnel en raison de ses autres activités) sur Wikipédia.

Lire la suite...


Bear McCreary

Bear McCreary

            Les années 2000 ont été celles du grand retour des séries (américaines, surtout, mais pas seulement), avec un accroissement des budgets et de la qualité remarquable. Cette tendance s’est également confirmée dans la bande originale des nouvelles productions, atteignant un degré de qualité que l’on croyait à tort réservé au seul domaine du cinéma. Parmi ces compositeurs talentueux, on cite volontiers, entre autres, Michael Giacchino, qui a contribué, par sa musique innovante, au mystère de la série devenue culte, Lost, mais aussi Murray Gold et Ben Foster, pour leur travail respectif sur Doctor Who (icône culturelle télévisuelle du Royaume-Uni depuis des décennies) et sa série-dérivéeTorchwood (notamment la bande originale de la troisième saison), et, enfin, Bear McCreary, pour son ouvrage sur Battlestar Galactica, dont je suis, disons le simplement, fan[1].

Lire la suite...


Dumas-Maquet : Une collaboration féconde et houleuse (par Alicia Ferjoux)

Alicia Ferjoux

Dumas-Maquet - Une collaboration féconde et houleuse

« Pour moi, toute collaboration avec un autre que vous est de l’adultère. »

Lettre de Dumas à Maquet, décembre 1850.

Lire la suite...


Quelques notes sur l'Ensorcelée de Barbey d'Aurevilly

Voici quelques notes sur l'Ensorcelée de Barbey d'Aurevilly, autour de la question du fantastique dans l'oeuvre.

Lire la suite...


Pistes de réflexion

Quelques sujets qui m'intéressent ces temps-ci:

Lire la suite...


Extrait de mes Carnets : La Juliade, chant I

Voici le début d'un grand poème épique écrit pendant des heures d'ennui. Comme son nom l'indique, la Juliade a pour (anti)héros moi-même (renommé Iule pour l'occasion). Une déité grecque, Eleos (= Pitié), troublée par mon sort de khâgneux, essaie de persuader les dieux de l'Olympe de me libérer de l'horrifique lycée où je suis enfermé avec un tas d'autres malheureux. Mais les choses ne sont pas si faciles... Et c'est le début d'une aventure complètement stupide où règnent le bizarre, l'anachronisme, la rencontre fortuite de panthéons grotesques, les poses affectées de personnages veules et risibles... contée de toutes les manières possibles (le chant I en alexandrins, mais il y a plus de variété dans les autres, avec notamment une tierza rima farfelue dans le chant II). En bref, un délassement qui ne peut sans doute plaire qu'à son auteur, mais qui sait...

Lire la suite...


Réaction à l'annulation de Caprica

Un petit détournement de citation (de la dernière scène de l'épisode final de Battlestar Galactica) posté originellement sur la page facebook de la série télévisée Caprica, à la suite de l'annonce de son annulation... qui fut, on peut le dire, très mal accueillie par les fans!

Lire la suite...


Extrait de mes Carnets : Prolalia, Introduction, Premier chapitre

Prolalia, issu du grec ancien : petit texte, bavardage préliminaire soigné, placé avant un texte plus long.
Lucien de Samosathe, par exemple, a écrit plusieurs textes de ce genre (son Bacchus n'est pas mal, entre autres).
D'habitude, un texte, aussi long soit-il, comporte un nombre raisonnable et restreint de pré-textes. Plusieurs préfaces peuvent se suivre au fil des éditions ; un avant-propos, rédigé par un spécialiste de l'ouvrage, vient s'y ajouter lorsque celui-ci a acquis du renom...

Mais imaginez une succession de prologues, d'introductions, d'avant-propos, dont on attend avec impatience la fin pour commencer à entrer dans le "vrai" texte, dans le feu de l'action... Cela n'existe pas? Maintenant, si, grâce à moi. Le nombre de pré-textes de mes Carnets (que le meilleur critique de mon oeuvre, c'est-à-dire moi, considère comme une "oeuvre totale, somme inégalée d'égoïsme et d'hypernarcissisme") est incroyablement grand. Je vous en propose ici quelques-uns des plus intéressants, raccourcis à l'essentiel de ce qui est lisible sans avoir ce pavé sous le nez. Note : la note préliminaire ** présente certains de mes projets littéraires en cours (qui seront, eux, sûrement publiables un jour).

Lire la suite...


Extrait de mes carnets : un fabel khâgnard

Fabel khâgnard : apprentis nécromants

Je m’apprête à vous faire un récit terrifiant, qui advint un lundi. Ne croyez pas que j’affabule : d’autres pourront en témoigner, si vous les allez consulter, et qu’ils veuillent partager avec vous ce sombre secret, que je tairais bien, pour ma part, comme j’en fis le serment, si je ne pensais pas qu’il peut être instructif, afin d’éviter qu’ils ne se reproduisent, de présenter aux autres ce genre d’évènements.

Lire la suite...


Extrait de mes Carnets : L'hypokhâgneux (inclus : un questionnaire de rentrée farfelu)

Chouette de Vara

Depuis mon arrivée en hypokhâgne jusqu'à présent (début de master), j'ai écrit un nombre ahurissant de pages inutiles, pour mon délassement (au sens fort), qui ont rempli des carnets, ensuite recopiés au propre pour donner un ouvrage étrange intitulé Mes carnets lémoniens - miscellanées larmoyantes, pot-pourri pourri, 2008-2010 (lémonien fait référence à Poitiers - au départ j'avais pensé à mettre Les Pictaviennes pour faire écho aux Pontiques, mais c'était un peu prétentieux, non?).

Lire la suite...


Alexis-Félix Arvers

Arvers

Juste quelques mots sur Alexis-Félix Arvers, poète et dramaturge français (1806-1850).

 

On le connait surtout pour son « Sonnet » qui eut une immense gloire à l'époque, occulta le reste de ses écrits, avant de finir dans le même oubli qu'eux :

Lire la suite...


Colnet du Ravel : L'art de dîner en ville, à l'usage des gens de lettres

Télécharger l'article en .pdf

J'enseigne dans mes vers comment un pauvre auteur

Peut des banquets du riche atteindre la hauteur.

Je dirai par quels soins, par quel heureux manège,

Il saura conserver un si beau privilège,

Et, sans prendre jamais un verre d'eau chez lui,

S'asseoir, un siècle entier, à la table d'autrui.

Lire la suite...


- page 1 de 2